Tout est dans le titre : j'ai cousu une robe de mariée !

Je ne vous parlerai pas de la pression qui vous retourne les tripes quand vous acceptez de coudre une robe de mariée ! C'est comme si l'attraction principale de cette journée repose sur votre seule responsabilité, bref c'est juste ENORME !

 

Une amie m'a donc demandé de lui coudre la robe de ses rêves, pour son mariage. Après avoir hésité sur plusieurs modèles, elle a radicalement changé d'avis au moment où il a fallu se décider pour de "vrai".

Elle a choisi un modèle trouvé sur le net dont voici la photo :

 

Robe_de_mari_e_Rime_Arodaky_Lookbook_2012_Mod_le_Claire

 

 

Elle avait craqué pour l'élégance toute en simplicité de cette robe et surtout de son décolleté dos, mais la voulait en plus courte, le repas du mariage devant se dérouler en bord de mer.

Je lui ai d'emblée fait part de mes remarques : le décolleté dos ne serait pas aussi profond, histoire d'adapter le modèle à sa morphologie, le devant comporterait des pinces (toujours pour être compatible avec sa morphologie), que les bretelles seraient en deux parties comme le haut (devant et dos) et qu'il y aurait un zip invisible sur un côté. Il était alors prévu qu'elle se procurerait un soutien-gorge adhésif et une culotte avec coutures invisibles pour aller sous la robe.

Tout le monde s'est mis d'accord et c'est parti pour le challenge.

 

 

D'abord on est allé à la recherche DU tissu, celui qui irait pour le modèle, mais qui remplirait son cahier des charges à elle, c'est à dire, fluide, blanc, qui ne brille pas, le plus sobre possible, bref le GRAAL ! Je suis allée en repérage, dans le plus grand magasin du sud, puis dans un autre et finalement c'est chez mon dealer préféré que j'ai repéré quelque chose qui ferait parfaitement l'affaire. Le tissu lui a plu, donc ça c'était ok.

Pour la dentelle, elle n'a pas trouvé son bonheur ici. Après quelques heures de recherche, j'ai réussi à trouver un site spécialisé en dentelles et la future mariée y a trouvé son bonheur... bon par contre pour la petite histoire, la belle dentelle brodée et perlée ne se coud pas à la machine (oui, j'ai quand même essayé et persévéré... et deux aiguilles cassées plus tard, j'ai abandonné... têtue, moi ? non !), donc tous les passages en dentelle ont été entièrement cousus à la main !

 

 

Pour la base de la robe, j'ai feuilleté mes Bubus d'amour (ça fait ringard dans le monde de la couture moderne de dire qu'on aime Burda, mais j'assume, moi j'aime tout !) et j'ai composé ma robe à partir de 3 modèles que je détaille dans le cahier technique. Le dos a été entièrement fait et corrigé par moi-même.

J'ai fait au total 3 toiles du haut pour valider le dos, et une toile de la robe en entier avant de couper cette magnifique microfibre blanche. Je vous laisse apercevoir ce que donnait le dos de la robe lors de l'essayage de la derniere toile du haut. J'avoue que j'étais quand même très fière d'avoir réussi à réaliser ce dos (qui me faisait très peur) pour qu'il lui aille parfaitement sans bailler.

 

 

IMG_2582

 

 

 

Pour la petite histoire, la robe est entièrement doublée avec le même tissu. La confection fut très longue, les coutures à la main bien nombreuses, bref j'y ai passé beaucoup de temps, mais au final, j'étais vraiment fière du résultat.

Et un dernier essayage (15 jours avant la date fatidique) pour valider la longueur d'ourlet. Et là finalement la robe sera portée avec des talons, alors qu'à la base ça devait être des sandales plates, donc mes 7m50 d'ourlet invisible à la main se sont transformés en ourlet roulotté à la surjetteuse afin de garder le plus de longueur possible.

Et le soutien-gorge adhésif prévu a fait des siennes et ne tenait pas (mesdames et mesdemoiselles, sachez que si vous faites plus d'un bonnet C, les SOUTIENS-GORGE ADHESIFS NE TIENNENT PAS !). Bref grosses sueurs froides ! La future épouse prévoit donc de faire la tournée de tous les magasins de lingerie de la ville la plus proche, afin de trouver une solution.

De mon côté, j'ai réfléchi à un moyen de remonter le dos, mais je ne voyais pas comment faire. Il fallait tout démonter (fermeture, jupes, ceintures, bref tout), mais d'une part je n'étais pas sûre que la microfibre tolèrerait ce traitement, et d'autre part, j'avais déjà recoupé tous mes surplus de couture. Et puis bien sûr, il ne restait plus suffisamment de tissu pour refaire tout ça ! Bref, à mon niveau, j'étais plus que coincée...

 

Résultat des recherches de lingerie : RIEN, pas de modèles qui conviennent. J'ai essayé de bidouiller avec le soutien-gorge adhésif, en y ajoutant des bretelles invisibles autour du cou et dans le dos, mais ça n'a pas fait l'affaire. Et il n'était pas possible pour elle de porter cette robe sans soutien-gorge.

Elle a donc choisi l'option qui lui convenait le mieux à son futur époux et à elle-même.

 

Bon assez de blabla, place aux photos !

 

 

 

IMG_2299

IMG_2300

IMG_2303

IMG_2301

IMG_2302

IMG_2304

IMG_2469

IMG_2470

 

 

 

Tous mes voeux de bonheur aux nouveaux mariés !

 

 

 

Cahier technique :

- Haut : Burda style 6/2012, modèle 116

- Jupe : Burda Classics 47H, modèle 5C. 

- Mancherons : Burda style 3/2013, modèles 111-112.

 

Modifications apportées :

- Haut : sans pli aux bretelles, raccourci d'au moins 5 cm et dos entièrement modifié.

- J'ai enlevé 3 ou 4 cm sur la hauteur de la ceinture au niveau de la taille.

- Robe entièrement doublée.

 

Fournitures :

- Microfibre blanche, Actuel Décor, Saint-Pierre, Ile de la Réunion

- Dentelle, du site Passion dentelle

- mercerie de mon stock : fermeture éclair invisible