Ah ah ah ah ! Dis comme ça, on pourrait croire des choses, hein ? Mais nan nan nan, vilains esprits ! Je fais juste référence à l'aviation et c'est le seul titre qui m'est venu à l'esprit à l'idée de publier ma "cousette" du jour !

 

Faible que je suis, j'ai succombé à la folie des combinaisons. Non seulement j'ai toujours trouvé ça joli, mais en plus le côté, je passe un seul vêtement et je suis COMPLETEMENT habillée est très très séduisant... surtout quand le matin on doit jongler entre l'habillage, les brossage de dents, l'enfilage des chaussures, la préparation du goûter, bref tous ces trucs de maman qui rend quasi impossible le pouponnage matinal ! Alors la combinaison, c'est juste le vêtement IDEAL ! J'en ai cousu deux cet hiver, et je vous parle de la deuxième vu que je n'ai jamais pris le temps de photographier la première, pourtant très souvent portée !

 

Je trouve que les combinaisons taille basse ne courent pas les rues. J'en voulais une assez loose, taille basse, à manches longues, boutonnée devant et avec des poches of course. Avec tous ces critères, je n'ai pu que craquer pour la M comme Mermoz de ACM, d'où le titre en référence à l'aviation ; oui, je sais, c'est bof bof : ah manque d'inspiration quand tu nous tiens !

 

Mais c'est une vraie Masterpièce comme on pourrait le dire... Il faut quand même avoir cousu un peu pour se lancer dans l'aventure, car ce ne sont pas les détails qui manquent sur ce genre de pièce : col, pied de col, manches, pattes de manches, poignets de manches, pattes de boutonnage, poches italiennes et j'en oublie certainement ! Bref, cette combinaison ne se monte pas en deux heures !

D'abord il faut prendre le temps de décalquer toutes les pièces, puis de les couper dans le tissu en y ajoutant les marges de couture (car sur ce coup là, elles ne sont pas incluses et c'est bien dommage à mon sens, car on gagnerait du temps !). Et bien sûr, il faut également prendre le temps d'entoiler tout ce qu'il faut entoiler et de laisser tout ça refroidir avant de se mettre à sa machine ! Mais je pense que plus on est précis durant ces phases, plus la couture se fait rapidement et sans trop de difficulté s'il n'y a pas trop d'erreurs dans le patronnage.

J'ai choisi une taille M, soit une taille 38/40 dans le tableau des tailles ; mes mensurations correspondent (sauf pour la taille, mais cela n'avait pas beaucoup d'importance pour ce modèle) aux plus hauts chiffres de la taille M donc. Le fit me convient mais si vous n'aimez pas les vêtements trop amples, n'hésitez pas à prendre la taille en dessous ! Le modèle est prévu pour une stature de 1m65, j'ai allongé le haut de 3.5cm pour mon mètre 70.

 

J'ai ajouté 1.5cm de valeur de couture pour pouvoir faire des coutures anglaises, oui je sais j'aime me compliquer la vie mais les finitions sont tellement plus belles comme ça !

Tout s'est pratiquement emboîté sauf le pied de col, où je me suis retrouvé avec 2 cm en plus à chaque bord soit un total de 4cm ! J'ai bien vérifié que j'avais décalqué la bonne taille, que j'avais respecté mes marges de couture, bref ce décalage est bien réel et ne venait pas de moi... et pourtant je n'ai jamais entendu parlé de ce souci sur la blogosphère à propos de ce modèle, à croire que ma planche du patron a du passer entre les mailles !

 

J'ai aussi rencontré un surplus de tissu de la manche pour la poignée de manche, jai donc fait un pli plus grand. J'avais rencontré le même probleme avec la chemise Mystique.

Je ne suis pas très fière du montage de mon pied de col en suivant cette méthode ; la prochaine fois, je resterai à ma métode traditionnelle qui me convient beaucoup mieux, avec de plus jolies finitions !

Par contre je suis très contente de mes pattes de manches, elles sont aussi réussies sur l'endroit que l'envers. Après quelques années de couture, je commence enfin à intégrer que parfois, prendre le temps de bâtir fait gagner en qualité de finition et que c'est loin d'être du temps perdu ! 

J'ai élastiqué la partie dos pour que ça fasse moins loose, mais ça n'a pas tenu au premier lavage ! Tant pis, je n'avais pas envie de tout défaire, et ça ne m'empêche pas de la porter ! Quelques pressions résines placées ici et là rappellent mon boutonnage un peu original !

 

Le tissu utilisé est un merveilleux lin lie-de-vin trouvé chez mes dealers habituels. Pour contraster un peu, j'y ai mélangé un reste de tissu japonnais et des chutes de lin imprimé que ma maman m'a donné.

 

Je l'aime beaucoup cette combinaison. Elle sera parfaite pour notre prochain hiver, parce que bien sûr, depuis que je l'ai cousue, le beau temps est de retour et les températures remontent en flèche ! Je n'ai pu la porter que deux fois depuis sa confection, mais elle est très confortable et complètement maman-compatible ! Et les pauses-pipi se gèrent bien, ma vessie n'étant pas très capricieuse !

 

Je vous laisse voir tout ça en photo, donc...

 

 

IMG_2776

IMG_2780

IMG_2782

IMG_2777

IMG_2781

IMG_2783

IMG_2786

IMG_2787

IMG_2788

IMG_2789

IMG_2790

IMG_2791

IMG_2792

IMG_2793

IMG_2794

 

 

 

 A très vite pour une autre destination !

 

 

Cahier technique :

- Combinaison Aime comme Mermoz, de Aime comme Marie

- taille M

 

Modifications apportées :

- haut rallongé de 3.5 cm

- coutures anglaises

- pied de col "rabotté" de 4cm !

- ceinture en deux parties (manque de tissu)

- customisation personnelle

 

Fournitures :

- lin lie-de-vin, Actuel Décor, St Pierre, Réunion 

- lin imprimé, chutes de ma maman

- petites chutes de coton japonnais

- pressions résine de mon stock