Aujourd'hui, c'est une, enfin des cousettes très haute-couture que je vous présente. C'est le truc le plus difficile à faire, et que ma fainéantise m'a toujours fait repousser le moment mon expérience acquise au fil des ans m'a permis d'oser me lancer, j'ai nommé.... tadaammmm... la serviette de cantine ! Oh quel suspense !

 

C'était écrit sur la liste, il faut une serviette de cantine... au moins deux à mon avis, pour pouvoir tourner, mais pour être plus sûre, j'en ai fait quatre pour l'école. Vu que ce ne sont pas les cousettes qui m'éclatent le plus, et comme j'avais les mains dedans, j'en ai profité pour en coudre pour la maison aussi (c'est toujours plus joli que le lange noué autour du cou pour les repas, hein ?).

Dans le cadre de mon grand projet de réinsertion des chutes-qu'on-garde-pour-ne-pas-jeter-mais-qu'on-ne-sait-jamais-quoi-faire-avec (oui mais ça serait tellement dommage de les jeter, et puis ça peut servir, non ?), les serviettes de cantines tombaient à pic ! C'est vraiment le projet idéal !

 

J'ai fait deux rectangles, avec biais élastiqué que j'ai glissé entre les deux épaisseurs, vraiment le truc basique de chez basique... Mais je les voulais un brin originales ces serviettes quand même, je me suis amusée à faire des appliqués sur le thème des aliments-croqués-par-des-petits-morfals... mais comme je n'allais pas y passer le mois non plus (faut pas pousser !), j'ai tout fait en mélangeant feutrine et simili cuir, le tout cousu au point droit.

J'en ai fait 10 au total, mon grand prince a choisi les 4 qu'il emmenerait à la cantine. J'ai finalisé ces quatre dernières en y ajoutant rubans et étiquette avec prénom brodé.

Le tout a été doublé avec un mélange des chutes de mon stock (je ne verrais jamais le bout de ce stock !), à savoir du nid d'abeille écru, de l'éponge de coton turquoise et de l'éponge de tencel blanche.

 

Et voilà le résultat !

 

 

D'abord celles pour la maison (NB : pour les noir et blanc, je ne me suis pas amusée à faire du patchwork, rassurez-vous, non c'est le tissu qui est comme ça !)

 

bavoir-01

bavoir-02

bavoir-03

bavoir-04

bavoir-05

bavoir-06

 

 

 

 

 

 

Et celles de la cantine

bavoir-07

bavoir-08

bavoir-09

bavoir-10

 

 

 

 

 

Un gros plan sur les tissus utilisés en doublure.

bavoir-11

 

 

 

 

 

Et sur mes petits mannequins, en plein "morfalisme"... vous noterez d'ailleurs que mon "petit" dernier (qui remplit davantage sa serviette que son ainé) illustre à merveille la phrase populaire "il vaut mieux faire envie que pitié" !

 

 

bavoir-12

bavoir-13

 

 

 

 

Et voilà !

Toute cette grande couture m'a épuisée... je m'en vais me remettre à mes tee-shirts !

 

 

Cahier technique :

- patron maison

- taille unique approximative

 

Fournitures :

- cotons, simili et feutrine de mon stock

- élastique, l'Atelier-mercerie de Troipom, StPierre, Réunion

- rubans, Hong-Kong

 

 

 

PS : la qualité de mes photos est loin d'être géniale (sur tous mes posts, en général). Bien que j'admire les magnifiques blogs avec des photos quasi professionnelles, je n'ai pas ce talent, ni le temps et encore moins l'envie de m'y mettre... alors j'utilise mon petit APN, et je fais mes petites photos de mère de famille... ce n'est pas génialissime, mais on s'en contentera !

 

Plein de bisous à tout le monde !

A très vite !

 

 

Edit : Sur les conseils avisés de Béa, j'ai essayé de trouver une solution pour remonter l'élastique afin que les vilaines miettes ne puissent pas se glisser entre la serviette et les vêtements.

 

Comme il était hors de question de tout découdre (non je ne suis pas flemmarde !), j'ai dégainé ma pince kam. J'ai essayé une première solution, que voici :

 

bavoir-14

 

 

 

 

Mais le rendu ne me plaisait guère... alors près longue réfléxion, j'ai finalement opté pour cette deuxième solution, qui offre de surcroît une possibilité de réglage !

bavoir-15

bavoir-16

 

 

 

Et voilà, c'est fait ! Merci encore à toi Béa pour ton retour d'expérience ! Maintenant j'attends les vilaines miettes de pied ferme (hahahahah !!!)... Hélas, je crois que son copain Ketchup aura moins de scrupules et trouvera toujours un truc à tâcher !

 

Bon Dimanche !